Thierry Bazin

Photographe

Il est né à Nantes en 1956. après des études classiques, bac littéraire, passionné très jeune par tout ce qui touche à l'image fixe ou animée, il étudie le cinéma au Centre d'Etudes et de Recherche de l'Image et du Son, plus particulièrement la prise de vue et la réalisation, puis il approfondit l'étude de la lumière et de la prise de vue au CNAM (Conservatoire national des Arts et Métiers).

Il travaille longtemps comme assistant réalisateur et comme réalisateur dans tous les domaines de l'audivisuel : pub, long-métrage, télévision, cinéma institutionnel...

Ce touche à tout passionné de création, participe à la création lumière à l'Opéra de Paris pour des spectacles de danse et crée à plusieurs occasions la lumière pour l'Opéra de Rennes.

Il pratique la photographie depuis l'âge de 11 ans aussi bien sur les plateaux, en studio que dans la nature.

Son principal intérêt créatif tourne autours de la représentation du réel :
la description des territoires, leur articulation paysagère, la mise en valeur des patrimoines naturels, culturels, humains.

On retrouve cette volonté aussi bien dans les films réalisés, dans son travail photographique que dans les outils multimédias réalisés dans le cadre de muséographies complètes.

Il travaille principalement pour les conservations du patrimoine, les musées, les Parc nationaux, les parcs naturels régionnaux, l'édition, les collectivités locales...

 

INTERVIEW

PORTRAIT SENSIBLE - Thierry Bazin a posé son regard de photographe pendant plusieurs mois sur le Pays voironnais.

Isère Mag : Comment fait-on le portrait d’un territoire comme le Pays voironnais ?
Thierry Bazin : J’ai sillonné ce pays et emprunté des itinéraires ignorés, pour « voir » et me laisser surprendre par ce qui se trouvait juste à côté. J’ai découvert de nouveaux paysages et rencontré des habitants. Des agriculteurs, des urbains, des retraités, des jeunes, des gens «du cru», des «néo-voironnais»... Des personnes dont on m’avait parlé, d’autres croisées au hasard, que j’ai photographiées dans leur environnement. Cela se matérialise par 15 diptyques panoramiques, avec à chaque fois un portrait d’habitant en format large (70 cm X 2,2 m) et le paysage qui lui correspond. Autour, 20 photos petit format, prises sur un itinéraire passant par les 34 communes du Pays voironnais.

I.M : Quelle a été votre démarche ?
T.B. : J’ai voulu construire un inventaire sensible et unique du territoire, à travers mon vécu et ma vision de ce pays. Cette exposition s’inscrit en préambule de l’inventaire du patrimoine du Pays voironnais réalisé par le Département de l’Isère. Elle est le pendant artistique du travail scientifique en cours, mené par les archéologues, historiens et architectes du patrimoine.
 
I.M : Que retenez-vous de ce travail ? 
T.B. : Je pensais connaître ce territoire. En prenant les chemins de traverses, j’ai découvert des endroits que je ne soupçonnais pas. De grands paysages, des lieux sauvages, urbains, touristiques, agricoles… et une vie locale riche. J’ai ressenti une diversité et une identité fortes. Un vrai «pays». 
 
Source : numéro spécial d’Isère Mag