Yann de Fareins

Photographe

Il est né en 1961 à Madagascar. Depuis sa sortie de l'Ecole Nationale de la Photographie d'Arles, il partage son activité entre ses recherches personnelles sur le paysage, le portrait, le corps et le voyage, la réalisation de commande et l’enseignement.
Parallèlement, il organise et anime les stages pour Noir d'Ivoire. Il intervient également auprès d'autres structures associatives, institutionnelles et privées pour mener des formations spécifiques.
Ces travaux font l'objet d'expositions, d'acquisitions et de publications.
En juillet 2006 est paru "L'idée d'une femme", ce livre est le fruit d'une résidence dans l'Oise". "Transversale" est paru en juin 2010.

Interview

PHOTOGRAPHE DES LIMITES

Yann de Fareins a arpenté les limites de l’Isère pour en montrer les pourtours. Une vision inédite du territoire !
 
Isère Mag : Comment cette idée de photographier les limites de l’Isère est-elle née ?
Yan de Fareins : J’ai réalisé ce travail dans le Gard, où j’habite. Mon projet était orienté sur le paysage et la route. Confronté au problème du trop vaste, j’ai choisi de me concentrer sur les lieux où les routes croisent la limite du département : là se trouvent mes points de vue. Le Département de l’Isère a été intéressé. 
 
I.M : Comment choisir les points de vue isérois ? 
Y.de F. : L’idée est vraiment de voir à quoi ressemble le département depuis son pourtour. Ce qui m’intéresse, c’est la diversité entre montagne et plaine, entre les limites que l’on trouve en pleine nature et celles situées dans des zones plus peuplées. La géologie, le climat, l’altitude sont aussi marquants. 
 
I.M : Que révélez-vous ? 
Y.de F. : La modification du goudron entre deux départements peut être intéressante à mettre en scène, tout comme une grosse usine en plein milieu avec des montagnes en arrière-plan. Ou encore une borne, une cassure de terrain... Je suis souvent émerveillé de ce qui se présente à moi. C’est parfois un vrai défi !
 
Source : numéro spécial d’Isère Mag